Les rêves du lycée du Bois d’Amour de Poitiers

Pour notre première sortie du bois, la Marguerite encore en préparation et ses deux co-locataires encore en apprentissage sur le maniement d’un matériel hi-tech fraîchement déballé, c’est dans un autre bois au nom des plus évocateurs et au fond duquel se cache un lycée peuplé d’artistes et de jeunes filles, que nous bizutons Traversées.


Nos premiers entretiens, les premiers rêves de la banque mondiale du rêve, le baptême de l’urne dans laquelle seront entassés dans deux ans, nous l’espérons, les rêves de la planète, l’ouverture du bal, ce sont les jeunes lycéennes du Lycée du Bois d’Amour de Poitiers qui nous ont fait l’honneur et le privilège d’y participer. Avec beaucoup de curiosité et surtout une grosse envie de partager, elles ont pris place en petit groupe, à l’intérieur de Marguerite transformée pour l’occasion en studio vidéo aux allures de cabinet du docteur Freud, pour se livrer entre elles, à quelques confessions sur leurs désirs, proches et lointains.


JPEG - 13.4 ko
Cécile et Emilie

Emilie : Actuellement, mon rêve c’est d’abord d’avoir mon bac, c’est ce qui me préoccupe les plus dans l’immédiat. Ce que j’aimerais faire par la suite, c’est travailler dans l’humanitaire, pour pouvoir aider les gens qui souffrent, qui sont dans le besoin. J’en ai vraiment envie et je me dis qu’il faut que je le fasse. Voilà. Je me dis que j’aimerais pouvoir les aider, autant moralement en les écoutant, les accompagnant, que financièrement ou matériellement. En fait, je crois que j’aimerais être là où on a besoin de moi. Etre utile en quelque sorte.


Et puis je me dis que j’aimerais pourquoi pas faire le tour du monde et aller à la rencontre d’autres cultures, d’autres coutumes, d’autres gens, d’autres façons de vivre. Apprendre de toute cette diversité. Apprendre à me connaître aussi, en ayant du temps. Je crois que quand on voyage, on voit tellement de choses, on est confronté à tellement de situations différentes, chaque jour et à chaque instant, qu’on a pas le choix, on doit réapprendre à se connaître, à s’écouter, à regarder au fond de soi, comprendre qui on est.


Pour la planète, je rêve qu’un jour tout le monde puisse s’entendre, qu’il n’y ait plus de guerre et qu’il y ait la paix partout bien sûr, mais surtout qu’il n’y ait plus de mésentente entre les cultures, entre les pays. Ca ne rime à rien. Pour moi, on vit tous dans le même monde, on vit tous sur la même planète alors autant qu’on essaie de s’entendre.



Cécile : Ma priorité pour l’instant c’est d’avoir mon bac, je sais pas si c’est vraiment un rêve. Par la suite j’aimerais réussir à faire un métier qui me plaît parce que je pense que c’est ce qu’il y a de plus important, avoir la possibilité d’exercer un métier qui te permet de t’épanouir.


Si j’en ai la possibilité, je voudrais voyager aussi. J’aimerais retourner en Indonésie, c’est vraiment un rêve. La vie là-bas, c’est calme, il n’y a pas de stress, c’est vraiment différent, c’est reposant. Et puis il y a les gens, souriants, accueillants. Ca fait du bien de voir un ailleurs.


Mon rêve pour ce monde, c’est que tous les habitants de la planète soit égaux en droits, en droits fondamentaux, qu’il n’y ait pas de défavorisés, d’inégalités, que l’égalité soit partout pour tous. Le monde doit apprendre la tolérance, il faut qu’on apprenne à être tolérants, qu’on se respecte dans nos différences, qu’on soit plus proches les uns des autres, qu’on se rapproche plutôt que de s’éloigner.



JPEG - 12.1 ko
de gauche à droite : Claire, Marie et Marie

Claire : Dans l’immédiat ce que je souhaite, c’est de pouvoir concrétiser le projet que nous avons monté avec mon association pour aller au Pérou dans le cadre d’une action humanitaire au mois d’août pendant trois semaines. Il nous reste encore à boucler le budget. Bien sûr, avoir mon bac aussi. Et puis simplement être heureuse, avoir une belle vie et pourquoi pas essayer de faire changer les choses, de faire progresser les hommes, l’humanité, le monde.


Marie : Moi, j’aimerais partir en Inde, quand j’aurais dix huit ans, après le bac ou l’université. Partir pour un an, parcourir l’Inde, le Népal et le Tibet. Partir un an et revenir en France pour m’installer à Paris peut-être et ouvrir un restaurant cubain, parce que j’aime beaucoup Cuba, ou indien puisse que pendant mon voyage normalement j’aurais appris beaucoup de choses et notamment à faire la cuisine indienne, enfin normalement.


Marie : Je rêve un petit peu de faire le tour du monde, d’aller en Irlande, en Australie, au Mexique, les pays qui m’attirent aujourd’hui. Voilà, c’est tout. Ah si ! Faire un tour du monde en bateau, j’aimerais bien ça.



Poitiers, le 10 février 2004



Traversées - http://www.traversees.org
A propos de Traversées
Nos compagnons de route
Presse
Contact
français espanol english