Those bikers we see on the road

Tous les cyclotouristes rêvent d’Orient sauvage, de levers de soleil et d’instants authentiques avec les habitants d’une chaumière chauffée au poêle à bois. C’est pour ça qu’on les rencontre sur la même route ! Celle qui relie l’Occident à l’Orient, de la Turquie à Samarkand, jusqu’à Kashgar aux fins fonds de la Chine. (english - français)

Parmi ces voyageurs au long cours, nous sommes heureux de vous présenter Kendon, Andrew, Torlaf, Hutch et ce n’est pas tout...



- Torlaf ou l’homme qui parlait à l’oreille des chameaux

Made in Berlin-est avec le matériau le plus robuste et résistant de l’époque, à savoir l’acier trempé, Torlaf prend la poudre d’escampette alors que le mur de Berlin s’effondre. Il part pour les back-packing countries dont l’Inde, puis en 1999-2000, c’est le grand saut pour un tour du monde à vélo qui l’emmène du Canada au Tibet en passant déjà par la Chine.

Signes particuliers  : parle le chameau (mais ne l’écrit pas encore), roule en vélo iranien et avec des sacoches en moquette.
Expression préférée : Ah fantastik !!


A découvrir le site des voyages de Torlaf




- Andy an englishman in China


Architecte londonien mais d’origine écossaise, Andy a bradé depuis avril 2005 son kilt pour un complet veston en polaire et gore-tex avec lequel il espère bien se rendre jusqu’en Australie pour travailler et continuer à tracer des plans dans l’autre hémisphère.








Signes particuliers : parle l’anglais comme un anglais, est en lien avec une bonne partie des bikers de la planète et enregistre toutes les particularités et kilométrages sur sa route.
Expression favorite : It’s fucking cold here !




- Kendon, un australo-pithèque en route pour un monde solidaire

Charpenté comme un arrière de football australien, Kendon est en route pour un tour du monde depuis octobre 2002 avec un téléphone satellite, une étoile et un rêve. Le téléphone pour répondre aux questions des jeunes australiens en tout point de la planète et les sensibiliser à la citoyenneté planétaire. Une étoile pour faire de son Ong baptisée "Brink", un acteur de la réforme du système éducatif australien. Et un rêve, celui de rendre le monde plus responsable et plus humain. C’est d’ailleurs pour cela qu’il défie la Karakorum highway depuis Kashgar dans la neige et la glace pour se rendre au Pakistan, au forum social mondial de Karachi.

Signes particuliers : déteste que son prénom devienne synonyme d’un accessoire en latex, et est capable, pour un ou deux sourires, de prendre un millier de photos par jour.
Expression favorite : Thank’s mate ! Photos, problem yok ?


A découvrir le site de Brink expedition




- David un jeune qui n’en veut !

25 ans, plein d’envies, de rêves, d’espoirs et aussi de questions sur la vie et le monde, David part en mai depuis Montpellier avec un aller-simple pour Ulan-Bator avec le Transibérien. Quelques semaines de baroud en véhicule lui font comprendre que sa route est toute autre. A Pékin, il achète vélo et sacoches et prend le chemin de l’Iran et du Pakistan via l’Asie centrale, sans savoir où se trouvera la ligne d’arrivée.

Ce que nous préférons chez lui : sa façon de parler du Rajastan en Inde.
Signes particuliers : cherche du pain et du chocolat en permanence, végétarien mais dort bien au chaud sous des peaux de bête !





- Hutch un chevalier au grand coeur qui n’a peur de rien

Soldat au Vietnam, puis travailleur acharné dans le showbizz américain, Hutch tire la sonnette d’alarme à 35 ans. Trop de boulot, trop d’alcool, trop de stress, trop c’est trop. Depuis lors, il s’est mis à écrire poèmes et scénarios et a évidemment acheté un vélo ! Il campe aujourd’hui à Kashgar en essayant de former de jeunes talents aux arts dramatiques et en savourant le temps qui passe.






Signes particuliers : apprécie beaucoup la pensée de Lao Tseu.
Expression préférée : I am a professionnal writer.


A découvrir le site de bikechina



- Tobias un danois échappé d’Europe

Charpentier sur Copen-hague, Tobias a pris un an depuis mai dernier pour vadrouiller en dehors de l’Europe depuis Copenhague jusqu’au Pakistan et la Chine avec une devise : découvrir le monde et les autres de manière authentique. Et donc pourquoi pas en vélo ? Sa plus grosse surprise, c’est, en sortant d’Europe, de voir l’attention des autres se multiplier par dix notamment en République tchèque et au Pakistan. Il a vécu le tremblement de terre d’Islamabad.



Signe particulier : parle facilement tout seul quand personne ne l’accompagne sur sa route.


Sur la photo avec Tobias, Sorin, un camarade venu le rejoindre pendant deux mois à partir de l’Iran et un ami canadien, venant du Pakistan dont le passeport, à force de visas et de frontières, est devenu épais comme un flanc au pruneau.



- Sylvain un tricolore incre-vable, enfin presque !

Ingénieur, il part avec son camarade Fabrice pour un tour du globe à bicloune en commençant par l’Afrique du Nord et l’Afrique de l’Ouest puis l’Amérique du Sud et enfin l’Asie. Il est maintenant sur le chemin du retour vers l’Europe et songe à gagner un peu de sous pour continuer la route. Car il voudrait continuer. Comment retourner bosser après avoir fait l’école buissonnière pendant deux ans ? Tiens nous au courant Sylvain s’il te plaît !




A découvrir le site de leur voyage



- Guilin ou la force du vent

Il est rare que d’autres cyclos nous rattrapent sur la route mais cette fois-ci, c’est arrivé ! Il s’appelle Guilin, il est chinois et il fait le tour du désert du Taklamakan. Il nous a offert un casse-croûte, a appelé une amie qui parlait anglais à l’autre bout de la Chine pour se comprendre au moins par intermédiaire et il s’est envolé.





Signe particulier : Roule aussi vite que le vent du désert.
Expression favorite : difficile à dire, quelque chose comme sheshe (merci en chinois).




Sans oublier les voyageurs croisés sur le chemin, également voyageurs au long cours :

La troupe funambule, une nouvelle race de professeurs itinérants ; Sophie et Olivier de Bouches à Oreilles, amoureux inconditionnels, accessoirement du hip-hop ; Alban et Alban deux jeunes compatriotes qui bientôt goûteront à nouveau aux joies du pinard et du camembert après avoir survolés les pistes de la planète ; Daniel et sa petite amie sur le chemin de retour pour l’Allemagne en tuk-tuk thaïlandais après quatre années passées à bourlinguer autour du monde ; Locky un rastaman australien sur un vélo ; Henry et sa Landy (un allemand croisé au Togo) en route pour un voyage de trois années sur l’immense continent africain ; un couple belge en route pour la Belgique, tous deux experts en cuisines du monde ; John et Andy sur le chemin du retour pour l’Angleterre (jeunes professeurs d’anglais en poste à Pékin) ; Nathan en route pour ses terres natales australiennes après sept années passées à comprendre la culture anglaise ; Lou et Steven deux artistes anthropologues anglais perdus en plein cœur de l’Asie centrale ; Jean-Baptiste un français du Canada en route autour du monde ; Sébastien anciennement passager de Marguerite durant la traversée du désert algérien et de retour en Belgique (où il prépare, nous a-t-on dit de nouvelles escapades) ; enfin, Pierrette et Roland un couple de retraités français croisé en Turquie, inséparable, aussi bien dans la vie que sur le vélo (ils roulent en tandem).


JPEG - 50.8 ko
Interviews réalisées sur la route et à Kashgar par cette étrange équipe de cyclistes traverseurs.

Et puis, pour les inconditionnels du vélo et pour rouler toujours un peu plus loin,

Un site portail de voyages à vélo :

- http://www.biketrip.com

Le site de l’association cyclocamping international

- http://www.cci.asso.fr



Qiemo - Chine, le 13 novembre 2005.







Mots-clés

Aire géo-culturelle: Asie centrale - Chine
Catégorie d’acteur: Voyageur
Traversées - http://www.traversees.org
A propos de Traversées
Nos compagnons de route
Presse
Contact
français espanol english