Les CE1 de Martine Hérault en Charente-Maritime

« Merci pour la longue lettre adressée aux enfants qu’ils ont lue avec un sourire jusau’aux oreilles ! Et que dire de nos 6 nouveaux copains qui se sont sentis emportés dans ce grand voyage par le P.S. si personnalisé ! Demain nous partons vers le nord : projection de "Nanouk l’esquimau" à la Coursive, film documentaire de 1922... avec pour accompagnatrice la maman de Raphaël ! Si après tout cela nos 23 petits n’ont pas des rêves de voyages ! Bonne route à vous trois et à bientôt pour les réponses aux devinettes. Martine » - le 08 octobre 2004



« Chers François et William, La rentrée s’est bien passée. Nous sommes maintenant en CE1, dans la même classe, avec la même maîtresse et nous avons 6 nouveaux copains : Yohan, Quentin, Baptiste, Clément, Maxime et Jade. Est-ce que tout va bien pour vous ? Et Marguerite, est-ce qu’elle roule toujours bien ? Dans quel pays êtes-vous maintenant et quels pays avez-vous traversés depuis le mois de juin ? Etes-vous toujours en Afrique ou sur un autre continent ? A bientôt et bonne route » - 29 septembre 2004.


Réponse d’Oscar et de son équipe - le 3 octobre 2004

Bonjour la jeune équipe !

Hé bien, pour nous aussi c’est la rentrée !! Il y a deux semaines, nous avons repris le chemin de l’école avec les élèves du Togo. A cette occasion, nous avons accompagné Messan un jeune collégien qui souhaitait nous présenter son collège, ses professeurs et sa classe (Clique ici pour découvrir la rentrée de Messan).

Et vous, votre rentrée, comment s’est-elle passée ?

De notre côté, cela fait maintenant huit mois que l’aventure a commencé. Tout se passe plutôt bien. Nous nous apercevons maintenant qu’il nous a fallu du temps pour nous habituer à l’Afrique, à ses rythmes et à ses modes de vie très différents des nôtres.

C’est pour cela que nous sommes encore sur le continent africain. En effet, nous avons maintenant beaucoup de mal à quitter la chaleur et la joie de vivre de nos nouveaux et nombreux amis. Pour vous donner un exemple : quand nous sommes en voiture, tout les gens, des plus jeunes aux plus anciens, nous sourient pour nous dire bonjour depuis le bord de la route. Et quand nous nous arrêtons, c’est plus d’une dizaine de curieux qui viennent nous assaillir de questions.

A votre avis, quelles questions peuvent-ils nous poser ?

Depuis le mois de juin, nous avons traversé beaucoup de pays, rencontré beaucoup de gens et vu beaucoup de paysages et d’animaux différents. A l’est de Dakar d’abord, nous avons visité une grande réserve naturelle dans laquelle nous avons essayé de prendre des photos. Mais ce n’était pas facile ! Il y avait là des phacochères, des babouins, des grandes antilopes, des buffles, des hippopotames, des crocodiles et même des lions. Mais le roi des animaux est resté discret et nous n’avons réussi qu’à entrevoir quelques traces de ses grosses pattes. Ensuite nous avons séjourné quelques jours à Banjul, avant de prendre la direction de Bamako. Puis les belles villes de Ouagadougou, Lomé et enfin Cotonou, d’où nous vous écrivons.

Du côté de Marguerite, les kilomètres aussi s’additionnent : nous venons de franchir la barre des 20 000 kms. La pauvre a eu à subir une opération mécanique au début du mois d’août, dans le nord du Burkina. Cela a duré trois jours et il a fallu démonter et remonter son moteur entièrement. Pour réparer, nous avons été aidés par un groupe de jeunes apprentis et leur chef-mécanicien. Au final, tout s’est bien passé mais nous avons eu un peu peur quand même.

Voilà mes amis quelques nouvelles de mon équipe de l’autre côté du monde.

Bonnes routes à toutes et à tous !

Marguerite, François, William et Oscar... l’équipe mobile autour du monde.

PS : Oh, j’allais oublier de vous féliciter pour votre passage en CE1 ! Bravo ! Et puis bienvenus sur les routes du monde à Jade, Baptiste, Yohan, Clément, Maxime et Quentin.


J’ai deux petites « devinettes du bout du monde » pour vous !

1. Etes-vous de bons géographes ? Rappelle-toi, nous sommes passés par Dakar, Banjul, Bamako, Ouagadougou, Lomé, Cotonou. Grâce à ces villes, retrouvez les pays que nous avons traversés.

2. Comment se dire au revoir ? A Dakar et à Banjul, je dis bâbénèen ; à Bamako, je dis kànboufo ; à Ouagadougou, je dis Ouénàtasé ; à Lomé, je dis Méadogô ; à Cotonou, je dis édabô. En faisant des recherches, essayez de trouver quelles sont les langues traditionnelles les plus parlées, après le français, dans les pays que vous aurez découverts dans ma première devinette.

Ok ? Allez, j’attends vos réponses par e-mail...

Bonne chance à tous !!



« Bonjour à tous les deux !
Comment allez-vous ? Et Marguerite roule-t-elle bien ? Est-ce que la douche est chaude ? Nous aimerions savoir dans quel pays vous êtes en ce moment et par où vous êtes passés depuis votre départ. Est-ce que vous avez rencontré des animaux ? Gros bisous à tous les deux, bon voyage et à bientôt. La jeune équipe de Martine
 » - le 29 mars 2004


Réponse d’Oscar et de son équipe - le 30 mars 2004

Bonjour a tous !

Votre message nous arrive alors que nous sommes à Rabat au Maroc sur la côte Atlantique. Vous êtes les premiers à nous interroger sur le déroulement de notre aventure. Merci de penser à nous.

Depuis le départ de Nieul sur Mer, nous avons pris un peu de temps pour visiter la France et passer embrasser nos familles avant le grand saut. Nous sommes allés de Nieul sur Mer a Caen (en Normandie), puis nous avons roulé jusque dans le Jura (à Hotonnes exactement à environ 80 km de Bourg-en-Bresse), puis nous avons pris la direction du sud de la France pour longer toute la côte Méditerranéenne depuis la ville de Nice jusqu’a Perpignan. Enfin nous avons traversé la chaine des Pyrénées d’est en ouest pour atteindre un petit village nommé Guéthary juste à côté de Biarritz. C’est là-bas que nous avons terminé nos derniers préparatifs avant d’entrer en Espagne. Nous y avons même rencontré une journaliste qui a écrit un article sur notre aventure.

Puis, le 11 mars, nous avons découvert l’Espagne au même moment où, comme vous l’avez sûrement appris, de violents attentats avaient secoué la capitale espagnole (Madrid) : nous avons traversé l’Espagne d’ouest en est cette fois-ci, en passant par Pampelune, Barcelone (où nous avons rencontré Marti Olivella), Valence, Alicante et enfin Almeria.

C’est de là que nous avons pris le bateau qui en 8-9 heures nous a fait traverser la Méditerranée un peu à l’est du détroit de Gibraltar et nous a déposé à Melilla, un petit bout de terre espagnole sur le territoire marocain. Nous avons fait le plein d’essence et nous nous sommes dirigés vers le poste frontière. Bien sûr, il a fallu montrer patte blanche pour pouvoir entrer au Maroc, présenter des papiers de voyage en bonne et due forme et surtout prouver qu’on ne transportait rien d’illégal à l’intérieur de Marguerite. Puis nous nous sommes mis en route vers l’intérieur du pays, les contreforts de l’Atlas et du Rif pour atteindre Taza, puis Fès, et enfin Rabat, la capitale du Maroc. Nous pensons reprendre la route le 1er avril, pendant que vous vous amuserez à vous courir après pour essayer de vous coller des poissons d’avril dans le dos...

Pour l’instant, nous apprenons à vivre avec Marguerite, nous prenons petit à petit nos marques avec notre nouvelle vie de voyageur. On dort en général 1 jour sur 4 dans un endroit couvert comme un petit hôtel ou une auberge, présentant tout le confort nécessaire pour pouvoir prendre une douche et se "décaper de fond en comble". Le reste du temps nous nous lavons sans prendre de douche en utilisant très peu d’eau, avec une bassine et un gant tout simplement. Comme la plupart des gens qui vivent ici. L’eau est froide la plupart du temps.

Marguerite va bien. Pour l’instant, nous n’avons aucun soucis de ce côté. Il faut juste bien y faire attention, être à l’écoute du moindre bruit, et faire beaucoup de prévention plutôt que des réparations : contrôler tous les jours les niveaux des liquides présents dans le moteur (eau, huile, frein, direction assistée, embrayage), vérifier les serrages des boulons et des vis qui pourraient se desserrer, resserrer les courroies. Très bientôt nous ferons les vidanges (du moteur et de la boite de vitesse) et nous changerons les filtres qui servent à purifier l’huile, le carburant et l’air.

La préparation des articles qui constituent le site internet et sa mise à jour régulière nous prennent beaucoup de temps pour l’instant. Aussi, nous n’avons pas pris le temps d’explorer les montagnes et les vallées de l’Atlas à la recherche d’animaux sauvages. Néanmoins nous voyons très souvent sur le bord de la route tout un tas d’oiseaux plus beaux les uns que les autres. Les cigognes par exemple sont très fréquentes ici. Sur la côte atalantique, à côté de Rabat, ce sont les échassiers qui sont les plus spéctaculaires. Il y en a de toutes les couleurs. On a même vu un vol de flamants roses !!! Et puis il y a des écureuils, des grenouilles et des petits serpents.

Voilà quelques réponses et quelques nouvelles qui nous l’espérons répondront à vos interrogations. Surtout n’hésitez pas à me poser toutes les questions qui vous passeront par la tête à la lecture de notre site web, avec votre classe ou chacun de votre côté. Nous ferons le maximum pour essayer de vous répondre rapidement.

Voilà, grosses bises à tous et à bientôt...

Oscar, Francois, William et Marguerite


Traversées - http://www.traversees.org
A propos de Traversées
Nos compagnons de route
Presse
Contact
français espanol english