De fil en aiguille entre Argentine et Bolivie

Quelques rencontres de route entre janvier et juillet 2007 : depuis les globos lancés avec la nouvelle année vers le ciel, Monica et son désir de relier coopération et vision environnementale, Camilo dont la vie a suivi les aléas de l’économie argentine, Guillermo et sa volonté citoyenne, le peuple bolivien et sa mobilisation, sans oublier le bilan de l’aventure d’Oscar !


20 juillet 2007 - La Paz - Bolivia
- Bolivia, un peuple en marche
JPEG - 64.6 ko

Photos de L.Vanheukelom et S.Beeckman
La grande ville se réveille. Il est tout juste huit heures et le soleil réussit à peine à passer au-dessus de sommets qui entourent La Paz. Quelques vieilles dames servent des petits déjeuners sur les lieux du rassemblement aux premiers arrivés : caldo de gallina (bouillon de poule), papa rellena (patate farcie), choripan (hot dog garni), café, thé. La montée sera longue, autant prendre des forces tout de suite. Des bus d’une autre époque, gratuits et mis à disposition par leurs propriétaires, se remplissent jusqu’au plafond pour acheminer les moins forts sur les hauteurs de El Alto à une dizaine de kilomètres de La Paz, profitant de ce que les rues soient encore dégagées.

En ce 20 juillet 2007, la ville de El Alto a décidé d’être solidaire de sa grande sœur La Paz pour montrer qu’il ne laisserait pas la riche et puissante oligarchie bolivienne, la Media Luna, entraver le processus de démocratisation du pays lancé par celui que tout le monde appelle amicalement Évo, Évo Morales, chef du Mas (movimiento al socialismo), originaire d’une communauté indigène et actuel Président de Bolivie depuis décembre 2005.

Un processus nouveau qui repose en grande partie sur la capacité de « l’asamblea constituyante » (une assemblée de 255 représentants élus au suffrage universel et dans laquelle les peuples indigènes sont représentés) à proposer une nouvelle constitution pour août 2007 et qui devra être approuvée par référendum populaire.

Un processus fragile qui vise essentiellement à redéfinir la reconnaissance et les pouvoirs des peuples autochtones dans le cadre de la refonte de l’Etat, dans un pays encore manipulé par les intérêts des plus riches.

Un processus dangereux qui contrarie la Media Luna qui exige, depuis ses quartiers de Santa Cruz, de se préoccuper du déménagement des institutions de l’Etat depuis la capitale économique de La Paz vers le siège officiel Sucre, plus au Sud, très peu préparé à accueillir un tel déménagement. Une ultime manœuvre politicienne de l’opposition pour tenter de diviser le pays, déstabiliser le processus de démocratisation en cours et à terme empêcher Bolivia, en route vers plus de justice sociale, de changer.

Alors tous les boliviens se mettent a marcher pour que « la sede no se mueve », pour que le siège institutionnel du pays reste la ou il est, et plus que tout pour que le chemin vers une autre Bolivie ne s’arrête pas là.

JPEG - 11.8 ko

- Voir Bolivia : un pueblo en marcha - minifilm de 2mn30/6 Mo, réalisé par Traversées sur des images de Stijn Beeckman - en espagnol.



- Voir les articles du RISAL sur la Bolivie et les processus en cours - en français.
- Voir les articles de Indymédia relatif a la journée - en espagnol.





- Bolivia, un pueblo en marcha - Fotos L.Vanheukelom y S.Beeckman
La gran ciudad se despierta. Son justo las ocho y el sol consigue apenas pasar sobre cumbres que rodean La Paz. Algunas viejitas sirven de los desayunos en el lugar del encuentro a los primeros llegados : caldo de gallina, papá rellena, choripan, café, té. La subida será larga, mejor tomar fuerzas inmediatamente. Autobuses de otro tiempo, gratuitos y prestados por sus proprietarios, se llenan hasta el techo para transportar los menos fuertes sobre las alturas de EL Alto a una decena de kilómetros de La Paz, aprovechando de lo que las calles estén libres aún.

En este 20 de julio de 2007, la ciudad de EL Alto ha decidido ser solidaria de su gran hermana La Paz para monstrar que no dejaría la rica y potente oligarquía boliviana, la Media Luna, impedir el proceso de democratización del país planteado por el que todo el mundo llama cordialmente Évo, Évo Morales, jefe del partido MAS (movimiento al socialismo), originario de una comunidad indígena y actual Presidente de Bolivia desde diciembre de 2005.

Un nuevo proceso que se basa en gran parte en la capacidad de la asamblea constituyante (una asamblea de 255 representantes elegidos por sufragio universal y en la cual el pueblo indígena está representado) de proponer una nueva constitución para agosto de 2007 y que deberá ser aprobada por referéndum popular.

Un proceso frágil que intenta esencialmente de redefinir el reconocimiento y los poderes del pueblo indígenos en el marco de la refundición del Estado, en un país aún dirigido por los intereses del los más ricos.

Un proceso peligroso que se opone a la Media Luna que exija, desde Santa Cruz, de preocuparse del traslado de las instituciones del Estado desde la Capital económica La Paz hacia la sede oficial en Sucre, más al Sur, muy poco preparado a recibir tal traslado. Un último intento político de la oposición para dividir el país, desestabilizar el proceso de democratización e impedir a largo plazo a Bolivia, en marcha hacia más justicia social, cambiar.

Entonces todos los bolivianos marchan para que « la sede no se mueve » y más que todo para que el camino hacia una otra Bolivia no se detenga allí.

JPEG - 11.8 ko

- Ver Bolivia : un pueblo en marcha - video de 2mn30/6 Mo, realizado por Traversées con las imágenes de Stijn Beeckman - en español.



- Ver los artículos del RISAL sobre Bolivia y los procesos en curso - en francés.
- Ver los artículos de Indymédia relativo al día - en español.










6 juin 2007
Buenos Aires - Argentine

- Relier les jeunes leaders et construire Opción Argentina - expresso avec Guillermo Haiuk
Hormis les manifestations régulières des étudiants universitaires et lycéens, les jeunes n’ont généralement pas beaucoup de place pour apporter librement leur contribution aux débats publics. Ou bien ils participent pour se faire entendre à de grandes corporations qui les enferment dans leurs règles - c’est particulièrement vrai en Argentine, ou bien ils mènent des initiatives qui ne se connaissent pas entre elles et demeurent isolées. D’où l’idée de Guillermo de relier les initiatives portées par des jeunes, d’en extraire des propositions puis de tenter de les insérer dans les processus locaux de dialogue et de décisions. Une des priorités serait d’ouvrir le débat sur la vision que les jeunes ont de l’avenir de la société argentine et de promouvoir des leaders porteurs de visions. C’est une rencontre récente à Caracas avec Opción Venezuela qui l’a mobilisé sur ce chantier et qui lui permettrait d’apporter une pierre au processus d’intégration régionale à travers le réseau latino-américain Opción Latino America (OLA). Guillermo travaille par ailleurs avec Poder Ciudadano sur le thème de la transparence des politiques publiques et de la participation citoyenne sur Buenos Aires.

- Conectar los jóvenes líderes y construir Opción Argentina - expreso con Guillermo Hayuk
Además de las manifestaciones regulares de los estudiantes universitarios incluso de los colegios, los jóvenes no tienen generalmente muchos lugares para aportar libremente su contribución a los debates públicos. O participan para hacerse oír frente a las grandes corporaciones que los encierran en sus normas - particularmente en Argentina, o llevan iniciativas que no se conocen entre ellas, permanecen aislados y marginalizados de los actores que anuncian hasta el hartazgo estar muy atentos a los asuntos de la juventud. A partir de esta situación la idea de Guillermo es de conectar las iniciativas de los jóvenes, de extraer propuestas para luego intentar insertarlos en los procesos locales de diálogo y decisiones. Una de las prioridades sería abrir el debate sobre la visión que los jóvenes tienen sobre el futuro de la sociedad Argentina y de promover líderes portadores de estas visiones. En un reciente encuentro en Caracas con Opción Venezuela se movilizó sobre esta idea la cual le permitirá aportar una piedra al proceso de integración regional a través de la red latinoamericana Opción Latino America (OLA). Guillermo trabaja también con Poder Ciudadano en el tema de la transparencia de las políticas públicas y de la participación ciudadana en Buenos Aires.


20 avril 2007
San Clemente de Tuyu - Argentine


- Una lección de intuición en materia de bienes públicos, territorio y cambio de escala
Mónica, directora de una escuela secundaria y administradora de la cooperativa de San Clemente de Tuyu (provincia de Buenos Aires) tiene la intuición que es el momento de pasar a otra cosa. Se basa sobre dos innovaciones : la primera en su escuela secundaria organizando los aprendizajes alrededor de un proyecto educativo con una mirada ambiental y sobre el cual los profesores tienen la responsabilidad de adaptar y contextualizar sus clases. El segundo en la economía social, precisamente en una cooperativa municipal autogestionada que garantiza a un servicio de suministro de agua potable a los habitantes. Los dos asuntos hicieron su camino. Lo que se dibuja ahora es el sentimiento que estas novedades prefiguran una manera más justa y más adaptada de administrar el territorio, los bienes y servicios públicos y la creatividad de los ciudadanos. Una intuición que la conduce a tomar la iniciativa de un encuentro que reúne a los portadores de conceptos y experiencias, y buscar los medios de cambiar de escala y de definir normas comunes de gobernanza. ¡La cita es en Mayo próximo en las playas arenosas de San Clemente de Tuyu !

- Une leçon d’intuition en matière de biens publics, de territoire et de changement d’échelle
Monica, directrice d’un lycée et administratrice de la coopérative de San Clemente de Tuyu (province de Buenos Aires) a l’intuition que c’est le moment de passer à autre chose. Elle part de deux innovations : la première dans son lycée en organisant les apprentissages autour d’un projet éducatif à vocation environnementale et pour lequel les enseignants ont la responsabilité d’adapter et de contextualiser leur enseignement. La seconde dans l’économie sociale, au sein d’une coopérative municipale autogérée assurant un service de fourniture d’eau potable aux habitants. Les deux affaires ont fait leur chemin. Ce qui se dessine à présent c’est le sentiment que ces nouveautés préfigurent une façon plus juste et adaptée de gérer le territoire, les biens et services publics et la créativité des citoyens. Une intuition qui la conduit à prendre l’initiative d’une rencontre réunissant les colporteurs de concepts et d’expériences, et rechercher les moyens de changer d’échelle. Rendez-vous en mai prochain sur les rives sableuses de San Clemente de Tuyu !


15 mars 2007

- Holá les amis !
Voilà que nous nous approchons de nos trois années de voyage, il est temps d’appuyer sur pause... pendant quelques minutes laissons les images se figer... les regards se tournent vers hier, la mémoire ressent ces trois années écoulées depuis les premiers tours de roues de Marguerite dans les sables du Sahara jusqu’aux édifices gigantesques de Shanghai en passant par la douceur des vallées argentines et les terres brûlées du Chili. Les visages apparaissent d’abord flous puis le mémoire se concentre et tout ressemble a hier. Tant de rencontres, d’échanges, de partages avec ses nouveaux amis croisés en Afrique, au Proche Orient, en Asie centrale, en Chine et en Amérique du sud ! Tant de richesses... trois années c’est la durée du contrat qui nous lie avec nos amis du Conseil régional Nord-Pas de Calais sans qui cette aventure n’aurait certainement pas été aussi complète. Acceptons une pause dans notre itinérance pour rendre compte, pour eux mais aussi pour nous, de trois années de routes.
Jetez donc un coup d’oeil au bilan d’Oscar (pdf - 2 Mo).


13 mars 2007 !
Lima - Perou pour William
La Pampa - Argentine pour François

- Camilo, un pote légèrement dégarni mais bien déterminé !

Voici 5 ans que Camilo s’est installé à Santa Rosa dans la province de la Pampa. Il est, à l’heure de ses 45 balais, travailleur social au sein d’un programme d’amélioration urbaine des quartiers de sa ville de résidence et suit une formation à distance pourvue par une université. Son parcours est, on pourrait dire, typique de ce qu’ont traversé les prolétaires argentins durant la phase de chaos sociale et économique des années 2000. Salarié dans une usine de cimenterie, il a été licencié suite à la fermeture de sa boutique et s’est retrouvé sur la sellette à chercher un nouveau moyen de subsistance. C’est fait por suerte avec au passage une motivation énorme à gober les connaissances qui peuvent contribuer à mieux connecter les êtres et les choses, entre autres l’écologie. Il loue un petit garage aménagé, cela lui permet d’autant plus facilement d’en laisser la porte grande ouverte !


1 janvier 2007 !
Camana - Pérou pour William
Buenos Aires - Argentine pour François

- Espera tu momento preferido de la noche. Mira muy alto en el cielo. Puedes ver estas dos lucecitas que destellan y que van viajando con el viento ? Ellas empezaron a volar acá. En Perú y en Argentina. Han cruzado los océanos. Luego los cielos de Africa, de Asia, de las Americas, de Europa. Cada vez, los niños y los grandes agregaron una pequeña lucecita, de esperanza, de deseos, de pensamientos, de alegría. Tantas cosas preciosas, intensas, compartidas. Ahora, las dos lucecitas se van hacia las estrellas. Las más lejanas. Las más inaccesibles. Vos también las puedes ver. Estas desde ya a bordo. Sin saberlo. Con tu propria lucecita que te lleva a viajar, acá y muy alto, infinitamente. Feliz año !

- Attends le moment que tu préféres de la nuit. Regarde très haut dans le ciel. Vois-tu ces deux lueurs qui scintillent et dérivent avec le vent ? Elles ont pris leur envol ici au Pérou et en Argentine. Puis elles ont traversé les océans. Puis les cieux de l’Afrique, de l’Asie, des Amériques, de l’Europe. A chaque fois, les petits et les grands ont ajouté une petite lueur. De l’espoir, des désirs, des pensées, de la joie. Tellement de choses intenses, précieuses, partagées. A présent, les deux lueurs s’en vont vers les étoiles. Les plus lointaines. Les plus inaccessibles. Toi aussi tu l’aperçois. Tu es même déjà monté à bord. Sans le savoir. Avec ta propre lueur qui t’emmène en voyage, ici et là-haut, infiniment. Bonne année !

- Wait for your favorite moment of the night. Watch very high in the sky. Do you see these two lights sparkling and drifting with the wind ? They took off here in Peru and in Argentina. Then they crossed the oceans. Then the skies of Africa, Asia, America, Europe. Every time, childrens and s have added a small light. Made of hope, of desires, of thoughts, of joy. So many intense, precious and shared things. Now, the two lights are leaving toward the stars. The most faraway. The most inacessible. You also can see it. You even went up already on board. Without knowing it. With your own light that takes you to travel, here and high over there, infinitely. Happy new year !






Traversées - http://www.traversees.org
A propos de Traversées
Nos compagnons de route
Presse
Contact
français espanol english